Bilan Saison 2020S1 iRacing en Skip Barber

Découverte du jeu et de son principe

Pour commencer, il a fallut faire ses gammes avec la Mazda MX5, ce fut sympathique, cela permet de faire progresser son SR pour avoir accès à des voitures plus difficiles. C’est là que la Skip Barber entre en jeu, le premier choix pour ma première saison.

J’adore l’auto, une boite séquentielle, le coup de gaz au rétrograde, l’embrayage à la montée de rapport, et une monoplace qui demande de ne pas aller au contact. Tout pour s’éclater derrière le volant et les pédales.

Le choix des circuits, optimisation du budget

C’est connu, iRacing est un jeu qui coute de l’argent, je suis plutôt réticent au principe de location, mais bon, j’ai sauté le pas pour voir, l’idée est donc de ne pas mettre trop d’argent tout de suite au cas où cela ne me plaise pas sur la durée. Résultat je prends deux circuits et cela me permettra d’aller déjà jusqu’en Janvier pour voir. Car il y a des circuits gratuits (du moins compris dans l’abonnement).

Me voilà donc parti avec ma SkipBarber fraichement peinte afin d’affronter le monde d’iRacing. Je ferai la démarche entouré de 4 GR, dont 1 très expérimenté qui va nous guider.

Voilà le calendrier, je ne ferais pas toutes les pistes, mais l’objectif et de voir si j’investis pour couvrir 8 pistes afin d’avoir la prime à la participation en fin de saison 😉

J’achète donc BrandsHatch et Road Atlanta, deux circuits qui me parlent et qui ont l’air en adéquation avec cette petite voiture.

Limerock Park GP, première semaine.

Après une préparation sérieuse et une aide collégiale, nous avons préparé le lancement au mieux, et le grand soir arrive, première course, et déjà le stress qui monte. Je ferais plusieurs courses sur ce circuit avec des fortunes diverses. Ce fût très instructif, et entre défendre sa position à tout prix et savoir lâcher pour finir une course, le juste milieu sera à trouver, mais déjà j’ai des réponses à ce que est iRacing. J’ai retrouvé la boule au ventre avant chaque départ, et un stress omniprésent en fonction des situations et pilotes en piste.

Vous trouverez un résumé de la première course sur Limerock Park dans ce sujet 😉

J’aurais fait 6 courses sur Limerock, en effet le fait de pouvoir rouler toute les heures est intéressant pour ça,

Brands Hatch GP, semaine de Noël

J’ai sauté la deuxième semaine, pas envie d’acheter Montreal, je ne pense pas qu’il soit adapté à cette voiture, j’ai des mauvais souvenir dans certaines chicanes de ce circuit sur d’autres jeu.

Du coup on se concentre sur BrandsHatch, le circuit est magnifique et vallonné, et le tracé très technique avec des virages à haute vitesse délicats.

Je ferais 4 courses, de bien belles batailles, quelque désillusions, mais une expérience très sympa. Le résumé est lisible là, accompagné des vidéo embarquée 😉

Tsukuba 2000, une découverte

Circuit compris avec le jeu et inconnue au bataillon pour moi, finalement il est assez sympa avec la SkipBarber, beaucoup de changements de vitesse, des épingles, visuellement sympa aussi, je me suis pris au jeu.

J’y ai fait une seule course, car vu les incidents sur ma seule tentative, j’ai estimé avoir eu de la chance de finir sans m’être fait découpé.

Mais j’aurais du en tenter d’autres. En tout cas c’est un circuit éprouvant niveau changements de vitesses, j’ai pas mal galéré au rétrogradage sous la pression. De bons enseignements à en tirer.

Le résumé et vidéo de ma course ici 😉

Road Atlanta Short, petit mais costaud

Vous l’avez compris, c’est le short comme tracé, pas le normal. Je découvre donc cette variante, et bien c’est quand même pas un cadeau !!

Il est très facile de faire une erreur, et très difficile de doubler …

Le résumé et vidéo de ma seule course et là. J’ai eu aussi le même sentiment d’avoir eu de la chance de m’en sortir sans bobo et je n’ai pas osé en faire d’autre.

Là aussi, des enseignements à propos de la gestion des drapeaux bleues, en fait c’est à la mode américaine, les drapeaux bleues comptent pour du beurre, il ne faut donc pas compter sur les retardataires pour faire un effort et te laisser passer …

Stop ou encore ?

Passé les premières semaines, j’arrive au bout de mes circuits achetés.

Si je veux honorer les 8 participations et récupérer un peu de crédits, il va falloir acheter quelques circuits de plus.

Je ne me suis pas posé la question longtemps, j’ai profité des remises pour prendre trois nouveaux circuits et en plus des autos supplémentaires, bon je crois que j’ai plongé, je continuerais donc à rouler sur iRacing, la preuve quand j’ai rédigé cet article 😉.

Phillip Island, c’est beau la mer, et cette lumière !!

Encore une découverte, je n’ai pas souvenir en 15 ans de simracing d’avoir posé mes roues virtuelles sur ce circuit. Je l’avais vu en MotoGP à la télé avec un Zarco déchainé à l’époque, mais rien de plus.

Ce fut une belle découverte, encore un tracé technique et des grandes courbes. A ce moment de la saison j’avais commencé à tester différents réglages FFB et je n’étais pas en confiance, mais je roulerais à nouveau dessus, c’est certain.

Par contre une air de vacances avec un temps magnifique et une vue sur la mer sympa, une ambiance à découvrir et surtout à piloter 😉

Là aussi, je suis passé entre les goutes, du coup je n’ai fait qu’une course, le résumé et vidéo sont là

Oulton Park, il sont bons ces Anglais pour faire des circuits sympa

Inquiet sur le papier, et finalement un belle expérience encore. La session d’entrainement sera bénéfique car il y a quelques virages que l’on peut passer différemment, et surtout qui peuvent vous diriger directement à tondre la pelouse, va falloir bien gérer les pneus froids pour ne pas tondre trop souvent ;).

J’ai aussi noté que le temps passé sans rouler entre Phillip Island et ce circuit m’a fait perdre en confiance, j’ai largement ouvert les portes sur ce circuit, je n’aurais pas du, mais c’est pas grave, la course était sympa quand même, résumé à lire ici avec la vidéo 😉

Barcelone, moins technique, mais plus tactique

Une vielle connaissance, là au moins j’ai mes repères, et en entrainement je constate vite que l’aspiration va faire la différence.

Le circuit est quand même un peu lisse et long pour cette voiture, ça manque de vie, mais la bagarre devrait relever le niveau, la piste est large.

Le résumé et vidéo de ma course ici, avec quelque rebondissement et un résultat moins bon que la bataille en piste qui se dessinait.

Silverstone National, ça bouge bien et les freinages en courbe sont compliqués

Commençons déjà par une chose importante, iRacing ne gère pas encore la pluie, du coup, j’ai pas trop de risque à poser les roues sur ce circuit 😉

Par contre c’est couvert, et la lumière se fait rare. Le tracé National, cela faisait longtemps que je n’avais pas roulé dessus. Et il y a un détail, un petit virage qui ferme et qui est très dangereux.

J’en ferais les frais sur cette course, avec mon premier abandon de la saison. Du coup pour ne pas rester frustré, je ferais une deuxième course qui elle sera mieux, je vous laisse lire les résumés et regarder les vidéos embarquées pour vous faire une idée 😉

Un chose est sure, j’ai passé un cap, car j’ai attaqué tout le long, c’était déjà un peu le cas à Barcelone, mais là j’ai vraiment fait une course normale à tenter à toute les situations possibles.

Optimisations et ajustements

Course après course, j’ai réglé un peu mieux mon jeu pour améliorer l’expérience. Il faut avouer que le visuel du jeu et très naturel, les changements de lumières sont excellent, dès que le soleil ré-apparait ça prends vie, dans l’auto c’est très réaliste à vivre.

La VR est aussi très bien optimisée, aucun problème à signaler, aucun plantage, parfait.

Niveau matériel, j’ai aussi ajusté mes réglages FFB, je me suis perdu quand j’étais à Phillip Island, j’avais installé un programme irFFB, et il m’a plus perturbé qu’autre chose. Les sensations étaient là, mais j’avais perdu le contact avec la piste en pneus froids.

L’exploration d’un nouveau jeu mène des fois à quelques erreurs de réglages, mais cela n’a pas eu un gros impact sur ma saison, maintenant tout est bien réglé, et c’est au pilote de faire le boulot 😉

J’ai même ajouté les overlay pour la diffusion en streaming (temps et overlay casque) ça donne plus d’informations à ce qui me suivent, c’est plus sympa pour le public, moi cela ne change rien, le PC encaisse bien la charge.

Vous trouverez toutes les vidéos faites sur cette saison sur ma chaine :

Bilan

Il m’a fallut un temps d’adaptation, mais la première partie de saison était tellement sympa que j’ai craqué et acheté d’autres circuits et voitures.

Le bilan est donc positif, je m’éclate toujours autant avec la Skip Barber.

La partie qui me manque, c’est de rouler avec les potes, par chance nous avons commencé en même temps cette saison 2020S1 avec quelques GR et le fait de s’entrainer ensemble le Mardi m’a permis de retrouver l’ambiance des copains. Sans cela je ne sais pas si j’aurais continué, car c’est très seul au monde au début, et cela me gène de ne connaitre personne et de ne pas pouvoir partager ces moments en piste. Mais petit à petit d’autres pilote échangent avec nous, ce n’est donc que le début.

Evolution et progression

J’ai petit à petit pris mes repères et trouvé de la confiance, j’ai fini en pouvant vraiment attaquer en piste, mais sur la deuxième partie de saison je me suis concentré pour faire évoluer mon SR/IR afin de pouvoir débloquer d’autres catégories (par exemple les GT3 et GTE) car je voulais tester.

Malheureusement, à trop vouloir bien faire, je me suis bridé à ne pas faire la course de trop et perdre ce que j’avais gagné. C’est une erreur je pense, car sur les dernières course, je me suis rendu compte que même quand on se loupe sur une course, on peut revenir dans le match à la prochaine course. Surement aussi les vielles habitudes, de rouler une course par semaine, j’ai d’ailleurs gardé le Jeudi pour rouler, rarement j’ai roulé un autre soir en course.

Ce qu’il me manque donc, c’est de rouler avec les potes comme on veut, quand on veut. Le fait d’avoir pris le wagon iRacing tardivement fait que les pilotes iRacing ont l’air déconnecté, seul, et moi je ne connais pas les habitudes des pilotes, du coup il me manque ce lien communautaire.

On va essayer de comprendre et ajuster les habitudes autour de ces points là, mais ce qui est sur, c’est que je vais chercher à partager ça avec d’autres pilotes de plus en plus, donc je vais continuer pour sûr pour trouver le bon équilibre et surtout gouter aux GT3 & GTE quand ce sera possible.

Du coup, cap sur la suite, Skip Barber encore ? Pourquoi pas 😉 et un intérêt sur la Porsche GT4 qui va sortir, à voir si je ne mène pas les deux de front pour la 2020S2, en tout cas ce sera sur iRacing 😉

Une réflexion sur « Bilan Saison 2020S1 iRacing en Skip Barber »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.