Poste de pilotage, evolution, vers l'infini et au delà

Cela fait maintenant environ 15 ans que je fais du Sim Racing. 2005 fut la première étape où j’ai investi dans un volant Thrustmaster, à la sortie de rFactor 1. Chaque année j’en changeais car rouler plusieurs fois par semaine usait bien les volants tout plastic de l’époque.

Première étape, volant et pédalier, une évolution nécessaire

J’avais alors cherché un peu plus de solidité et trouvé un fabricant local à l’époque, Speedway, j’ai participé à l’élaboration du volant type F1/Proto à l’époque pour tester et aider pour la position des mains.

Les dernières versions toujours à la vente ressemblent à ça, c’est assez proche avec ce que j’avais, le nom de la marque à changé en Speedwayland.

Puis j’ai changé le pédalier tout d’abord, j’usais un maximum de potentiomètres rotatifs, j’ai alors commencé à chercher un pédalier à potentiomètres linéaires. Il n’y avait pas de choix à l’époque, je suis tombé sur un VPP, j’ai pris le 3 pédales à y être, mais on passait dans la gamme « professionnel ». La marque n’existe plus, mais mon pédalier lui est toujours là et sans aucun souci, tant que l’USB 1 sera supporté tout baignera !!

Puis arrive le temps des courses en championnat, à l’époque on en est au début de la création des GR (les gentlemen-racers) et je m’aperçois que mes pneus avant ne tiennent pas la longueur des courses. Après discussions, je constate que les pilotes qui ont un volant FFB sentent le sur-braquage, la cause de mes usures. Donc je commence à acheter mon premier volant FFB, un Logitech G25. L’ère du FFB commence avec les heures de réglages qui vont avec !!

Puis passage au G27 un peu plus tard, avec une étape avec un DFP.

Après plusieurs années de bon et loyaux services, retour chez Thrustmaster, à cause de plats sur les pneus de rFactor2, qui font un boucan du diable avec les volants Logitech, ce sera donc via un T300RS à moteur brushless (sans pignon)

Le pédalier VPP à lui survécu à tout ce temps et est toujours fidèle au poste !!

Confort de pilotage, une évidence, passage au châssis

Petit à petit, l’installation devient un sujet de fatigue, il faut donc adapter le poste de pilotage, oui mais cela prends de la place et c’est cher.

Le système D d’abord, un baquet acheté d’occasion chez Speeway (oui encore eux 😉 ) et quelques bricolages plus tard, mon premier châssis rustique 😉 Sauf que ça change tout, un confort sans égal, un pédalier qui ne bouge plus, une chaise qui ne bouge plus, une pression de frein maitrisée, et une fatigue réduite suite à une meilleur assise.

Je déplaçais l’écran pour le mettre en face du volant à chaque fois que je voulais rouler, comment joindre l’utile à l’agréable avec un budget limité.

Pendant longtemps je roulerai comme ça, très bien, mais le SimRacing évolue, et le fait que je roule beaucoup et que ce soit mon loisir premier me fait investir encore vers un rSeat. Il permet beaucoup plus de réglages et une position plus adaptée, donc encore plus de confort.

Cela coïncide aussi avec l’arrivée de la VR et donc la disparition de mon écran pour rouler, réduction du bureau et donc de la place pour un châssis !!

La quête du mieux et du plus solide sur la durée, direction le Direct Drive.

Avec une solide expérience derrière moi, je commence à bien me connaitre, et investir dans du matériel plus couteux mais plus solide est dans ma nature, le pédalier en est un parfait exemple à l’époque. Il coutait aussi cher qu’un ensemble volant, pédalier, shifter classique, oui mais il est encore en fonction 10 ans après, c’est ce qu’on appelle un bon investissement comparé au tout plastique grand public premier prix.

Du coup je commence à regarder les volants Direct Drive, le summum en terme de robustesse, et sur le marché il n’y en a pas des tonnes. Mais c’est à priori le bon moment car on trouve des Kits déjà montés, plus besoin de monter sa carte, faire les branchements et monter les alimentations, ce n’est plus du DIY, mais du pack déjà prêt à installer.

Je trouve pas mal d’info auprès de deux GR qui ont déjà eux sauté le pas du Direct Drive, cela aide à se rassurer et faire les bons choix.

Et voilà, je bascule dans une autre catégorie de budget, un Direct Drive et le (les) volant(s) qui s’ajoutent dessus passent dans la catégorie pro avec au moins 1500€ à débourser, on est loin des 400€ d’un T300 qui comprend le pédalier avec.

Ce sera un Augury assemblé en Espagne. Il sera accompagné d’un volant OSP GT DShape pour commencer.

Installé, cela donnera cette évolution de mon installation.

L’avantage du Direct Drive, offrir l’opportunité d’avoir des volants différents et réels.

Les habitués le savent bien, c’est mieux de rouler avec un volant adapté à la voiture utilisée, GT, Prototypes, Monoplaces, Historiques, …

En Réalité Virtuelle c’est encore plus vrai car le cerveau transpose la vue et le contact avec les mains sur le volant directement, on s’y crois dedans.

Comme certains ont déjà des années d’avance sur moi, un opportunité d’occasion est vite arrivée, me voilà en train d’investir dans un volant de monoplace, et en prime j’aurais un volant historique et les Quick Release qu’il faut pour changer facilement de volant.

Ca donnera ça un fois installé

Et dernièrement le remplacement de mon Fanatec par un Cube Controls

La quête du Graal, bouge ton corps !!

Le rSeat est assez limité en évolutions, j’y ai déjà ajouté le support de pédalier pro et le support clavier/souris, je commence à être bloqué. Surtout que des envies de mouvement se font sentir, maintenant que le matériel pour rouler est de très haute qualité, je creuse dans d’autres direction, et cela tourne autour du châssis.

Donc faut ajouter de la vie à tout ça, il y a deux pistes qui existent, elle peuvent cohabiter en plus.

La première est le châssis dynamique, et pour le rSeat il existe deux solutions, une qui fait qui fait bouger le siège, le NextLevel V3 et une qui fait bouger le châssis via des D-Box.

Le budget est de 3000€, intéressant quand on regarde les simulateurs rSeat dynamiques D-Box à pas loin de 17000€

L’autre sujet est l’utilisation des BassShaker, quand on creuse le sujet, cela permet de faire vibrer son châssis/baquet en réaction aux vibreurs par exemple, et là aussi il y a deux écoles, le tout fait via les Butkicker, un peu moins de 300€ pièce sachant que c’est gros et que pour bien faire les choses il en faut au moins 4 (un à chaque angle).

L’autre est de le faire soit même et pour le prix d’un on arrive à en avoir 4 en gros 😉

Mais bon, il faut arriver à les fixer aux bons endroits, et là c’est pas gagné avec mon châssis rSeat, c’est là, que les copains interviennent, oui les mêmes qui m’ont venté les avantages du Direct Drive … C’est à cause d’eux que j’en suis là (la bonne excuse 🙂 🙂 )

Et me voilà donc parti vers des solutions moins couteuses, et à force de creuser et de se renseigner on arrive au sacré saint du châssis : Le profilé, en gros un Lego géant pour les grands, pas super esthétique, mais on en est plus là vu le chantier actuel, on n’est plus à un élément près pour madame ;), le WAF n’est plus un critère, j’ai le feu vert dans ce domaine du moment que cela ne fait pas trop de bruit.

Donc tout converge vers l’étape du profilé alu avec option pour le futur vers un SFX-100, soit les vérins en DIY (via les copains surtout, parce que moi est le DIY ça fait 2) pour environ 3000€, donc 3DOF au lieu de 2DOF du Next Level3 et des possibilités infinies de customisation du châssis, bon voilà tout est dit.

C’est mieux quand c’est profilé 😉

C’est là que l’étude du marché rentre en jeux, les profilé qui pourraient faire l’affaire sont JCL, SimLab et SRD.

Mais au point ou j’en suis autant le concevoir moi même sur mesure, j’adorais les Lego avant, retour en enfance, surtout quand on a les logiciels qui vont bien pour faire joujou 😉

Mon châssis profilé sur mesure, une étape pour le futur.

Les critères sont donc clairs, offrir les possibilités d’évolutions, rajouter de la rigidité pour envisagé des évolutions.

Le travail pour l’intégré à mon espace de jeu commence par des plans, des comparaisons, des questions, des analyse des châssis existants, pour arriver en plusieurs étapes à la version qui concentre tout ce qui parait utile sur le moment.

Prototype 1

Prototype 2 avec le support Shifter et la simulation des vérins type SFX100

Prototype 3 pour pouvoir mettre un clavier, mais pas concluant.

Prototype 4, une version plus mature avec des éléments simulés à l’échelle pour voir ce que ça peut donner (BassShaker, Vérins, Shifter, Volant/Moteur, Support casque VR et Clavier)

Et voici le dernier Prototype, plus renforcé pour encaisser les contraintes du SFX, à changer autant anticiper 😉 et afin de vérifier la position de la base du baquet pour voir si c’était assez large :

Ma version définitive

Donc voilà le plan de base qui m’a servi à commander mes profilés pour me permettre de rouler à nouveau avec les mêmes fonctionnalité que le rSeat :

Pour ceux qui voudraient se lancer, l’outil qui m’a aidé à faire mes prototypes : http://maytec.com.de/index.php?id=21&L=1

La vidéo en dessous qui permet de voir comment on s’en sert:

La commande est passée, le rSeat vendu, donc la suite lors du montage, pour pouvoir au final envisager l’étape suivante, l’ajout des Vérins, le SFX100 étant la cible, cela devrait à terme fonctionner comme ça :

Restera donc les potentiels sujets à ajouter, Bass shackers & Moteur vibrants aux pédales, éléments additionnels fixé sur le cockpit (via des impression 3D, etc …). Chose qu’il m’était difficile d’envisager avec le rSeat.

Une réflexion sur « Poste de pilotage, evolution, vers l'infini et au delà »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.